Site Complet

Plage de l'Hôpital (QC012)

Recherche

Plage de l'Hôpital (QC012)

Îles-de-la-Madeleine, Québec

Latitude 47,473°N
Longitude 61,797°O
Altitude 0 - 10m
Superficie 20,57km²

Description du site

La plage de l'Hôpital s'étend sur la partie sud-ouest de la dune du Nord, qui relie l'île du Cap aux Meules à l'île de l'Est, à l'intérieur de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine. Elle s'étire sur 17,5 km et sa largeur varie de 20 à 40 m. Elle est séparée de la lagune du Havre aux Maisons par une série de dunes de sable sur lesquelles poussent principalement l'ammophile à ligule courte (Ammophila breviligulata) et quelques groupements d'élymes des sables (Elymus arenarius), deux espèces de plantes qui ont pour fonction de stabiliser la formation.

Oiseaux

La plage de l'Hôpital constitue un important territoire de nidification pour le Pluvier siffleur, une espèce vulnérable au niveau mondial et en danger de disparition au niveau national. On y retrouve en effet une portion significative de la population de l'Atlantique canadien. Le Pluvier siffleur a été recensé à cet endroit de façon régulière depuis 1979. Au cours des cinq dernières années (de 2006 à 2010), on y a dénombré en moyenne de 10 à 11 couples à chaque saison.

La lagune située du côté est offre, quant à elle, un excellent habitat pour les limicoles; la section connue sous le nom de Le Barachois étant particulièrement appréciée par ces oiseaux. Les marais de ce secteur sont également fréquentés par les canards, les râles, les butors et les grèbes.

Enjeux de conservation

Les plages de l'archipel des Îles-de-la-Madeleine ont connu une popularité croissante au cours des années, augmentant du même coup le niveau de dérangement des oiseaux nicheurs. Cette plus grande affluence a eu des effets négatifs sur le succès reproducteur des oiseaux, notamment chez le Pluvier siffleur, une espèce en voie de disparition au Canada (COSEPAC). Depuis 1987, le Service canadien de la faune et Attention FragÎles, un groupe de conservation de l'environnement des Îles-de-la-Madeleine, mènent des recherches sur cette espèce en vue de la protéger. L'information obtenue sert notamment à mettre sur pied des programmes de sensibilisation (panneaux, kiosque d'information, dépliants, discussions d'information) qui visent à aider les résidents et les touristes à mieux comprendre les menaces qui pèsent sur cette espèce.

La dégradation de l'habitat et le dérangement des oiseaux par la circulation de véhicules récréatifs sur les plages demeurent problématiques, et ce en dépit des règlements adoptés par la municipalité. Le sujet alimente de grands débats puisque, d'une part, il n'y a pas d'indications claires qui délimitent l'aire d'interdiction de passage et, d'autre part, parce que le secteur du Grand Platier est l'hôte de plusieurs activités susceptibles de déranger la faune aviaire : cerfs-volants, buggys, cueillette de mollusques, etc. La ZICO est vulnérable aux déversements d'hydrocarbures étant donné le nombre de pétroliers qui empruntent la voie maritime du Saint-Laurent. Cela est d'autant plus vrai avec la possibilité d'un forage du gisement d'Old Harry, situé à 80 kilomètres au nord-est des Îles-de-la-Madeleine.

Habitat du poisson

Le secteur est un véritable paradis marin pour de nombreuses espèces de vertébrés et d'invertébrés marins. Les eaux profondes du Golfe hébergent une variété de crustacés, de mollusques et de poissons benthiques, dont la limande à queue jaune, la plie rouge et le flétan Atlantique, une espèce très appréciée des pêcheurs commerciaux. Le homard occasionne des retombées économiques importantes pour la région. Au large des côtes, de nombreuses espèces peuplent les eaux. Par exemple, le maquereau bleu possède une grande importance, tant pour l'industrie de la pêche que pour son rôle dans la chaîne alimentaire. Les plages de sables sont peuplées de mactre de l'Atlantique et de mye commune, deux espèces faisant l'objet d'une pêche récréative par la population locale. La mactre de l'Atlantique est également pêchée de façon commerciale avec des outils à main et des dragues hydrauliques Les marais à spartine et les nombreux ruisseaux parsemant le territoire constituent des aires d'alimentation et de repos pour une multitude de poissons, tels l'éperlan arc-en ciel et l'anguille d'Amérique. Les ruisseaux servent également à la reproduction de certaines espèces, comme l'éperlan arc-en ciel.

Les principales pressions sur l'habitat du poisson sont liées aux activités portuaires, à la navigation, au dragage et à l'augmentation de l'érosion côtière (augmentation des sédiments en suspension, augmentation du bruit, enrochements, etc.).

Principales espèces présentes :
Anguille d'Amérique
Éperlan arc-en ciel
Flétan atlantique
Hareng atlantique
Homard
Limande à queue jaune
Mactre de l'Atlantique
Maquereau bleu
Mye commune
Plie rouge

Catégories ZICO Habitats Usages Menaces Potencielles ou Existantes Status de Protection
Mouette rieuse
Nombre Année Saison
82014Été
Fou de Bassan
Nombre Année Saison
2 0002011Été
Pluvier siffleur
Nombre Année Saison
42016Printemps
72015Automne
72015Été
82015Printemps
42014Été
162011Été
92009Été
102007Été
10 - 172006Été
42001Automne
4 - 212001Été
52000Été
121998Été
101997Été
81996Été
5 - 121995Été
6 - 141994Été
201993Été
141990Été
Pie-grièche migratrice
Nombre Année Saison
12016Printemps