ZICO Archipel de Grand Manan
Grand Manan, Nouveau-Brunswick
Résumé de Site
NB011 Latitude
Longitude
44,691° N
66,809° O
Altitude
Superficie
0 - 130 m
1 000,76 km²
Habitats:
forêt de conifères (boréale ou alpine), forêt mixte (boréale ou alpine), arbustes ou brousailles, prairie naturelle, marais salant ou saumâtre, vasière saline, haute mer, anse ou autre élément du rivage (marin), falaise côtière ou littoral rocheux
Usages:
Conservation de la nature et recherche, Pêcheries ou aquaculture, Chasse, Loisir et tourisme
Menaces potencielles ou existantes:
dérangement des oiseaux, pêcheries, chasse, pollution industrielle, déversements d'hydrocarbures, autre, loisir et tourisme
Catégorie: significative au niveau mondial: espèce(s) grégaire(s), concentrations d'oiseaux aquatiques ou marins coloniaux, concentrations de limicoles, concentrations d'oiseaux terrestres migrateurs, significative au niveau continental: espèce(s) grégaire(s), significative au niveau national: concentrations d'oiseaux aquatiques ou marins coloniaux
Status de protection: Observatoire d'oiseaux, Refuge d'oiseaux (provincial ou privé), Refuge d'oiseaux migrateurs (fédéral), Parc provincial (incluant parc marin)
Accès réservé pour les coordonnateurs des ZICO
Nom d'usager: Mot de passe:

Accès


Site mobile


Description du site
L'île Grand Manan est une île de bonnes dimensions, souvent recouverte de brouillard, qui est située à l'embouchure de la baie de Fundy, près de la côte sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Cette ZICO comprend la zone marine qui s'étend sur 10 km tout autour de l'île, la bande côtière d'un kilomètre de largeur qui entoure l'île, les hauts-fonds Old Proprietor et l'ensemble des autres îles, plus petites, de l'archipel. Il est à noter que la zone marine de 10 km de largeur pourrait s'avérer plus que suffisante, particulièrement à l'ouest de l'île; elle a toutefois été retenue étant donné le peu d'information qui est disponible concernant l'utilisation du secteur par les oiseaux pélagiques. Les hauts-fonds Old Proprietor s'élèvent dans la partie sud-est de l'archipel, tout comme d'autres zones d'eau peu profonde. Les parties nord et ouest de l'île sont bordées de hautes falaises tandis que le côté est présente un relief moins accidenté composé de gros rochers, de pierres et de quelques plages de sable. L'île Grand Manan regroupe divers habitats (milieux humides et forêts) alors que plusieurs des autres îles de l'archipel sont essentiellement rocheuses.
Oiseaux
Parmi les nombreuses espèces dignes de mention de l'archipel, le Petit Pingouin est probablement celle qui se démarque. De récentes études ont en effet démontré qu'un nombre très important de Petits Pingouins fréquentaient les hauts-fonds Old Proprietor ainsi que les eaux situées au nord et au sud de l'île Grand Manan durant la saison hivernale. Cette espèce y est présente en nombre variable au cours de l'hiver, et il a été estimé qu'un maximum de 52 000 individus s'y était regroupé en janvier 1998, un chiffre qui équivaut à au moins le tiers de la population nord-américaine pour cette espèce. Avant cette observation, d'autres mentions ont confirmé qu'au minimum 25 000 individus hivernaient dans le secteur. Jusqu'à présent, le peu de données n'a pas encore permis de déterminer le nombre habituel de Petits Pingouins qui utilisaient ce secteur durant l'hiver.

Jusqu'à 100 000 phalaropes, principalement des Phalaropes à bec étroit, ont aussi déjà été observés dans les eaux entourant l'île Grand Manan, mais aucun inventaire n'a permis de rapporter autant d'individus depuis 1980. Les raisons de ce déclin ne sont pas connues. Parmi les autres espèces d'oiseaux pélagiques qui viennent se nourrir dans le secteur, on compte le Puffin majeur (quelques milliers) et l'Océanite de Wilson (10 000 individus en juillet 1997).

Les oiseaux migrateurs qui fréquentent le littoral pour s'alimenter, comme c'est le cas de la plupart des espèces de limicoles, sont aussi communs à ce site. Au moins 10 000 limicoles, un nombre significatif au niveau national, seraient probablement présents le long des côtes de ce secteur au cours de l'automne (aucun inventaire systématique n'a encore été mené à cet endroit). Le Pluvier semipalmé figure parmi les espèces qui sont souvent observées en grand nombre. Selon les recenseurs du Relevé des oiseaux de rivage des Maritimes, l'île Kent abriterait 1000 oiseaux certaines années, ce qui représente peut-être 2 % de la population mondiale pour cette espèce. Parmi les autres espèces communes, on note le Pluvier argenté, le Grand Chevalier et le Bécasseau minuscule.

À la fin de l'hiver et au début du printemps, certaines parties de la côte, soit plus particulièrement l'ouest de l'île Kent, le passage Cow, Grand Harbour ainsi que les environs de l'île Low Duck et du Parc provincial Castalia, accueillent des milliers de Bernaches cravants. Il est probable qu'au moins 1 % de la population nord-américaine de cette espèce soit présente de façon habituelle à ce site (soit 3000 oiseaux). En avril 1997, 10 000 individus y étaient rapportés.

Parmi les quelques autres espèces qui fréquentent en bon nombre ce site au cours de l'hiver, on note le Bécasseau violet, avec 350 individus à avoir été observés le long du littoral rocheux de l'archipel, ce qui équivaut à environ 3 % de la population nord-américaine pour cette espèce. La taille des groupes de cette espèce variait de petite à moyenne. Le nombre de Goélands marins à ce site peut également être élevé, comme le démontrent les 826 individus qui ont été recensés en décembre 1997. L'Eider à duvet est une autre espèce commune à ce site durant l'hiver. Quant à l'Arlequin plongeur, une espèce en danger de disparition au niveau national, il peut parfois être présent en bon nombre (43 individus ont déjà été observés au large de l'île White Head) au cours de la même saison. De petits groupes de Mergules nains, de Guillemots marmettes et de nombreuses autres espèces peuvent aussi être aperçus dans ce secteur durant cette période.

L'île Kent abrite une large colonie de Goélands argentés, mais celle-ci semble avoir diminué en importance au cours des années. Cette colonie, qui comprenait environ 25 000 couples au début du siècle, comptait 1441 couples en 1984 et 940 couples en 1998. En tenant compte des colonies situées sur d'autres îles de l'archipel, incluant les îles Great Duck, Sheep et West Green, le nombre de Goélands argentés totaliserait 1910 couples, ce qui correspond à 1,5 % de la population nord-américaine pour cette espèce. En plus des Goélands argentés, l'île Kent héberge un certain nombre d'Eiders à duvet. Au début des années 80, environ 900 couples étaient présents sur l'île, ce qui représente près de 1 % de la population pour cette espèce (s.e. dresseri). Il est à noter que d'autres couples sont également présents à l'intérieur de l'archipel. L'île Kent héberge aussi environ 1000 couples d'Océanite cul-blanc. En tout, près de 200 espèces d'oiseaux ont été observées sur cette petite île.

L'archipel de Grand Manan héberge également d'importantes concentrations d'oiseaux terrestres lors des migrations. Sur l'île Grand Manan, le marais Castalia, South Head et North Head sont particulièrement appréciés par ces espèces. L'île Kent, tout à côté, est également utilisée comme aire de repos par ces espèces, et ce, principalement à l'automne.




IBA Criteria
EspèceT | A | I Liens Date Saison Nombre G C N
Bécasseau violet 1998 WI 350
Bernache cravant 1991 - 2015 SP 3 025 - 10 000
Goéland argenté 1980 - 2013 SU 2 882 - 10 000
Goéland argenté 1996 - 1998 WI 3 775 - 5 850
Mergule nain 2010 - 2012 WI 10 - 19
Mouette de Bonaparte 1998 WI 6 000
Océanite de Wilson 1995 - 2017 FA 750 - 10 000
Océanite de Wilson 1997 SU 10 000
Petit Pingouin 2017 SU 1 000
Petit Pingouin 1993 - 1998 WI 7 500 - 52 000
Pluvier siffleur 2012 FA 5
Pluvier siffleur 2014 SU 12
Puffin des Anglais 2006 - 2013 FA 4 - 10
Puffin des Anglais 2012 - 2016 SU 4 - 12
Puffin fuligineux 1995 FA 1 000
Quiscale rouilleux 2007 FA 50
Note: les espèces en gras dans ce tableau indiquent que le nombre maximum d'oiseaux à ce site excède au moins l'un des seuils de population (national, continental ou global). Il se peut que le site ne se qualifie pas à ce niveau de ZICO se nombre maximum correspondait à une observation exceptionnelle ou à une donnée historique.
 
Enjeux de conservation
L'île Kent a été la propriété du Collège Bowdoin, dans le Maine, aux États-Unis, jusqu'en 1934. Le collège en avait fait une de leurs stations de recherche et tentait de conserver cet endroit comme un refuge pour les oiseaux. Les chercheurs y ont effectué des études à long terme sur le Goéland argenté, le Bruant des prés, l'Hirondelle bicolore et l'Océanite cul-blanc.

À l'exception des deux petits parcs provinciaux, l'île Grand Manan appartient à des propriétaires privés. Depuis 1995, l'Observatoire d'oiseaux de Fundy (auparavant connu sous le nom d'Observatoire d'oiseaux de Grand Manan) y mène un programme de suivi des oiseaux migrateurs.

Les principales menaces concernant la santé environnementale de la portion océanique de ce site se divisent en deux grandes catégories, soit la qualité de l'eau et la récolte d'organismes marins. De nombreuses ressources naturelles sont en effet récoltées à différents niveaux à cet endroit : le hareng (à l'aide de filets fixes ou non), le homard, le pétoncle, le saumon (aquaculture), l'oursin, le concombre de mer, les algues (le rhodyménie palmé ainsi que plus récemment, le fucus Ascophyllum nodosum) et les oeufs de goélands. La tenue d'une ou de plusieurs de ces activités pourrait avoir des effets négatifs sur les populations d'oiseaux de l'archipel. À titre d'exemple, une compagnie a ainsi décidé de recueillir 17 % de la biomasse de toutes les algues brunes (y compris le fucus). Ces tapis d'algues sont utilisés par les eiders lorsqu'ils élèvent leurs jeunes et par les limicoles durant leurs migrations. Il se pourrait également que l'élevage du saumon (aquaculture) soit autorisé à l'intérieur de 160 m du rivage des îles.

La portion d'eau située à l'est de l'île Grand Manan fait partie de la voie navigable qui est empruntée par les bateaux qui se rendent à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick. Comme c'est le cas pour plusieurs sites marins, le risque d'un déversement d'hydrocarbures est toujours à craindre. Enfin, l'eau de l'archipel pourrait avoir été contaminée par les radionucléides ainsi que les effluents chimiques et thermiques de la centrale nucléaire de Pointe Lepreau et par d'autres polluants industriels.


Le programme des ZICO est une initiative de conservation internationale coordonnée par BirdLife International. Les co-partenaires canadiens du programme des ZICO sont Études d'Oiseaux Canada et Nature Canada.
   © Études d'Oiseaux Canada